Lorgues
Autres chapelles (suite)

La maison des Oblates de l'Assomption
" Légèrement à l'écart du vieux Lorgues, vers le nord-est se trouve le quartier des Tufs qui doit son nom aux exploitations calcaires qui s'y trouvent encore ( caves, dépressions...).
En 1876, un inspecteur des Eaux et Forêts, Alfred Perrier achète la proprièté des Tufs consistant en un grand immeuble et un enclos rural à l'arrosage depuis la Canal. Parvenu à la retraite, ce généreux chrétien favorise en 1890 la création d'un orphelinat de filles. Il en fera don en 1894 à la Société Saint-Louis de Gonzague. L'établissement héberge alors une quinzaine d'enfants dont s'occupent 4 religieuses de la congrégation Saint-Thomas de Villeneuve. Le 1er septembre 1906 l'orphelinat est fermé par le préfet qui applique les lois anticléricales du gouvernement Combes.
En 1929 le domaine des Tufs est loué à l'ordre des soeurs oblates de l'Assomption qui y installent une maison de convalescence. En plus, elles s'occupent avec dévouement d'un patronage réputé, Les Cigales Lorguaises, longtemps dirigé par soeur Raphaële jusqu'à sa disparition en 1988."
( Extrait de Les Maisons de retraite à Lorgues. Cahiers de Vivre à Lorgues. Joseph Broussard et Christian Delseray . 1997)

 Bâtiments et chapelle des Oblates de l'Assomption. Oratoire datant de 1934 transformé en chapelle en 1964 sous le vocable du Sacré Coeur

 

Fermer